Lisbonne en mode contemporain, pendant Arco Lisboa !

mai 2018

Pour la troisième fois,  Arco Lisboa, antenne de la foire internationale d'art contemporain de Madrid, investit dans le quartier de Belem le magnifique bâtiment de la Corderie Royale, ancienne usine de cordages de la marine portugaise datant du XVIIIe siècle, avec 68 galeries dont une majorité de galeries portugaises et espagnoles. Huit galeries ayant moins de sept ans sont présentées dans la section « Opening » et dix projets spéciaux prennent place dans la section « Projetos ». Une belle occasion de retrouver ou découvrir les artistes de la scène portugaise.

Pendant la foire, la ville aux sept collines se met au diapason de l’art contemporain en proposant des expositions dans les nombreux musées, galeries, fondations et centres d’art… Bien sûr, toujours dans le quartier de Belem, au bord du Tage, l’incontournable Collection Berardo est un passage obligé et permet de voir l’exposition « No place like home » réalisée à l’occasion du 100è anniversaire de Dada et de l’iconique « Fontaine » de Marcel Duchamp.

 

Le MAAT -musée d’art architecture et technologies- nouveau musée ayant ouvert ses portes en 2016 au bord du Tage, constitué de l’ancienne centrale thermoélectrique Central Tejo datant de 1909 et d’un nouveau bâtiment futuriste recouvert de faïences blanches, propose plusieurs expositions sur le thème du changement climatique. L’artiste américain Gary Hill présente une installation spécifiquement conçue pour l’une des salles de machines de la Centrale électrique, où son et images électroniques envahissent tout l’espace comme des spectres fantomatiques et offrent au visiteur une expérience sensorielle unique. L'artiste argentin Tomas Saraceno investit l’immense salle du nouveau bâtiment avec l'installation Aerocene constituée d’un ensemble de bulles et sculptures transparentes flottant dans l’air, une nouvelle ère dans laquelle les humains pourraient vivre dans des villes aériennes solaires et éoliennes. Enfin l’exposition Éco-Visionnaires propose des visions critiques et créatives en regard des transformations environnementales qui affectent notre planète.

 

Encore à Belem, l’artiste portugais José de Guimareas investit le musée de l’Orient avec « Un musée d’un autre monde » où ses œuvres dialoguent avec les pièces de sa collection et celles du musée. Marqué par les rituels des cultures anciennes, ses boîtes-reliquaires sont le réceptacle idéal pour des objets de différentes origines, et sont propices à une réflexion autour du musée comme espace d’altérité et d’échanges.

Le parcours se poursuit dans le quartier central du Chiado au Museu do Chiado, Musée national d'art contemporain rénové par l'architecte français Jean-Michel Wilmotte avec l’exposition « Transgenic gatherer » de Miguel Palma, dont on retrouvera les dessins au MAAT. « L’œuvre de cet artiste portugais né en 1964, traite des questions de l’évolution de la technologie, de l’écologie, de la croyance dans les images, de l’idée du pouvoir, et est marquée par une obsession pour la machine. Artiste multiple, il conçoit son travail dans une démarche constructiviste et ludique qui se pose entre l’art et l’ingénierie, le jeu et l’ironie, l’organique et le mécanique, un univers unique où l’on peut se reconnaître. »

 

Au Centre d’investigation artistique, le Hangar, l’artiste angolais Kiluanji Kia Henda présente l’installation sculpturale et sonore « L’ile de Venus », comme une représentation de la culture européenne perçue comme une île, où des figures de la mythologie gréco-romaine sont posées sur des assemblages instables de parpaings. D’autres y verront une barque échouée en référence aux nombreuses tentatives de traversée de la Méditerranée. Enfin c’est un hommage au poème de Camoes « L’ile des amours ». Vivant entre Lisbonne et Luanda, l’artiste qui a obtenu le Frieze Artist Award en 2017, livre un discours mêlé d’ironie, au travers d’un regard distancié sur l’histoire et le devenir de l’Afrique, discours souvent élargi par l’emploi de la fiction.

 

Incontournable Fondation Gulbenkian avec, en plus des collections permanentes, 2 expositions temporaires. « Pos Pop »,  présente des œuvres produites entre 1965 et 1975 au Portugal et en Grande Bretagne en réaction au mouvement du Pop art. Des 1961, période de guerre coloniale au Portugal, de nombreux artistes portugais partirent à Londres où ils rencontrèrent les artistes Patrick Caufield, Allen Jones, Tom Phillips et développèrent de nouvelles formes de langage artistique. Dans le bâtiment « Modern Gulbenkian », la jeune artiste portugaise Sara Bichao relate une expérience personnelle intense dans son exposition « Find me, I kill you ». Arrivée au centre d’un lac de cratère, lors de sa traversée en solitaire, elle est soudainement prise de panique et éprouve le sentiment d’être une infime particule sans repère, sans mémoire et sans importance face à la puissance de la nature. Le visiteur pénètre dans un espace sombre et se trouve face à un hamac éclairé par des LEDs rouges et 2 corps posés au sol en bleu et rouge respectivement. Un puit sans fond apparait orné d’une frise de vaguelettes bleues. Tout ici est à l’échelle du corps de l’artiste, de son poids et de sa taille et les titres des œuvres font allusion au memento mori. Une expérience de mort imminente qui permet à l’artiste de s’interroger en tant qu’identité singulière sur son propre corps et en tant que partie d’un tout.

La Fondation Leal Rios présente le travail de Joel Andrianomearisoa. L’artiste originaire de Madagascar aime à collecter les tissus et les agencer dans des compositions monochromes. Subtiles variations de blancs qui jouent avec la lumière… Mais le papier de soie noir, « noir aux mille couleurs », est également un matériau de prédilection qu’il découpe, plie, froisse, attache, superpose sur des surfaces variables et où les feuilles frémissent au moindre souffle.

 

Le Centre culturel Culturgest a invité l’artiste suisse-américain Michael Bilberstein (1948-2013) ayant vécu au Portugal pendant plus de trente ans, pour une rétrospective avec les œuvres produites après 1995, autour des notions d’échelle, de spatio-temporalité et du langage de la peinture et de la relation au paysage. Très tôt marqué par l’œuvre de Rothko, l’artiste s’intéresse ensuite à la peinture baroque et aux lieux sacrés de notre planète. Ciels et paysages éthérés et méditatifs sont aussi des réminiscences de l’art oriental. Parfois il juxtapose un panneau noir à ses tableaux de lumière. Le visiteur se laisse alors emporter dans un espace infini au-delà de la toile car l’artiste souhaite «…donner à voir les effets physiologiques, émotionnels et intellectuels que la couleur et la forme ont sur l’observateur (...)

C’est aussi l’occasion de découvrir les nombreuses galeries (reconnues de longue date ou très récentes) principalement situées dans quatre quartiers : Alvalade (Andre Romano chez Vera Cortes, Jose Damasceno chez Maisterravalbuena, Alain Urrutia chez Appleton square) –Marvila (Vasco Araujo chez Francisco Fino, Kiluanji et Almeida chez Filomena Soares), Campo de Ourique (Carlos Nogueira chez 3+1, Wolfgang Wirth et Rita Gaspar Vieira chez Belo-Galsterer, Elmgreen and Dragset chez Cristina Guerra, Mariele Neudecker chez Pedro Cera)- Chiado baixa (Nuno Cera chez Millenium). Et encore la nouvelle résidence d’artistes « La Junqueira artist residency » présentant le travail d’Ines Zenha.

Au charme et au patrimoine de la capitale lusitanienne s’ajoute une scène contemporaine riche et en plein essor !

 

Sylvie Fontaine

 

©  Artais - art contemporain -  mars 2017 - Tous droits réservés

Le contenu de ce site est destiné uniquement à un usage privé au sens de l’article L 122-5 du Code de la Propriété Intellectuelle.

Toute autre utilisation est formellement interdite. La diffusion partielle ou totale du contenu du site, des images et des articles est également interdite